A comme … Août 1914

Le 1er août 1914, la France déclare la mobilisation générale. En quelques jours plus de 2,7 de réservistes vont se retrouver sous l’uniforme. Ils seront opérationnels au bout de quelques semaines à peine.

La mobilisation

Il est important de préciser que l’ordre de mobilisation générale n’est pas la guerre. Cette déclaration signifie que chaque homme doit consulter le fascicule de mobilisation contenu dans son livret militaire afin de connaitre la marche à suivre. Ce feuillet indique notamment au futur soldat le nombre de jours dont il dispose pour se rendre à la caserne où il sera incorporé. Il s’agit en général de la caserne où il a fait son service militaire.

Résultat de recherche d'images pour "mobilisation générale 1914"
source : journal Libération

Jean Marie et Jean Louis, 2 frères mobilisés

freres.jpg

Lorsque le toscin sonne dans les campagnes françaises par ce bel après midi du mois d’août, les deux fils aînés de la famille PAUL sont dans une situation très différente : Jean Marie est déjà sous les drapeaux depuis presque 2 ans tandis que Jean Louis est au Folgoët auprès de ses parents, sans doute occupé à la moisson. Il a terminé son service militaire au 19ème Régiment d’Infanterie de Brest en 1910.

  • Jean Marie et le 318 ème R.I. 

En raison de sa condition de soldat d’active Jean Marie a sans doute activement participé à ces préparatifs anticipés car si on en croit les journaux de marche de certains régiments ceux ci démarrent dès fin juillet : achat de chevaux et de vivres, nettoyage des équipements et des armements, préparation des locaux pour l’accueil des réservistes…

Dès la mobilisation décrétée, Jean Marie intègre avec d’autres soldats et quelques officiers d’active le 318ème régiment d’infanterie.

Selon l’historique du régiment : « La mobilisation du corps, depuis longtemps et minutieusement préparée par le capitaine GEORGEON, du 118e R. I., s’effectua sans aucune difficulté sérieuse, avec un ordre parfait. Le 5e bataillon se mobilisa au Lycée ; le 6e bataillon, à l’école de garçons, rue du Lycée. »

Après un défilé dans les rues de la ville et une messe à la cathédrale St Corentin, Jean Marie et les hommes du 318 ème s’embarquent en gare de Quimper dans la soirée du 5 août.

Résultat de recherche d'images pour "le tocsin aout 1914"
Source : archives municipales de Nantes

Après 2 jours de voyage, le régiment débarque dans la matinée du 7 août à Paris-Batignolles et gagne immédiatement ses cantonnements d’attente : le 5e bataillon, à Sevran-Livry ; le 6e, à Freinville, dans la forêt de Bondy. Le 318e R. I. est maintenu jusqu’à nouvel ordre aux environs de Paris où il restera deux semaines.

Cliquer pour voir l'image en taille réelle

Selon l’historique du régiment, cette période d’attente fut largement mise à profit :  » Énergiquement et méthodiquement entraîné, bien encadré par des chefs expérimentés et habiles, il forma bientôt un tout homogène, une véritable unité de combat. »

  • Jean Louis et le 219 ème R.I.

Pour Jean Louis les choses ont sans doute été différentes : la petite bourgade léonarde du Folgoët est bien loin des tumultes du monde et le cours de la viande ou des légumes préoccupent bien plus les paysans du coin que le jeu des alliances internationales auquel ils ne comprennent pas grand chose. Le toscin, traditionnellement annonciateur de mauvaises nouvelles, a du les arrêter de plein fouet dans leurs travaux quotidiens. Une fois la nouvelle de la mobilisation connue, Jean Louis s’est est retourné à Lannuchen consulter son livret militaire pendant que sa mère Marie Perrine lui préparait un baluchon avec des vêtements propres et de la nourriture pour le voyage. Puis après avoir assister à la messe de 6h célébrée à la basilique du Folgoët,  il a prit le train avec ses copains pour rejoindre Brest. Ici comme partout en France, les hommes embarquent sans euphorie mais ce n’est pas la panique pour autant : de toute façon tout sera terminé pour Noël au plus tard !!

Départ d’hommes entassés dans des trains à bestiaux en gare de Pleyben, 3 août 1914 (Archives départementales du Finistère, 2 Fi 162/130)

Jean Louis arrive au corps le 3 août où il intègre le 219 ème RI (régiment de réserve du 19ème RI) avec plusieurs autres gars du Folgoët. Ce régiment forme avec le 318 ème RI de Quimper et le 262 ème de Lorient la 122ème brigade qui fait partie de la 61 ème Division  d’Infanterie. Jean Louis et ses camarades du  219 ème sont prêts dès le 5 août et quittent Brest en 2 échelons : le premier train emmenant l’état-major et le 5e bataillon part à 21 heures 05, le second train avec le 6e bataillon à 23 heures 25.

Résultat de recherche d'images pour "départ pour le front 1914 bretagne"
Archives départementales de Côtes d’Armor

. Les convois arrivent à Paris en gare des Batignolles, dans la nuit du 7 août. Le 5e bataillon et l’état-major s’installent à Drancy tandis que le 6e bataillon va au Blanc Mesnil.

Cette période d’attente fut largement mise à profit pour l’entrainement et l’instruction des hommes. Tous sont encore persuadés que la guerre ira vite et que les régiments de réserve n’auront pas à intervenir.

Jean Marie et Jean Louis, 2 frères dans la guerre

En observant attentivement le parcours des deux frères PAUL au début du conflit et en constatant la proximité géographique de leurs régiments respectifs une question m’est immédiatement venue à l’esprit : se sont ils vus ?

S’il est évidement compliqué de répondre à cette question sans élément matériel on peut néanmoins penser que l’intensité de l’instruction et la taille des régiments d’infanterie  (environ 3500 hommes de troupes et d’une cinquantaine d’officiers soit 7 fois la population du Folgoët) n’ont pas facilité les retrouvailles des 2 frères : peut être ne savaient ils pas qu’ils étaient si proches l’un de l’autre, peut être n’ont ils pas pu se voir avant de partir au front pour de bon. Ces questions resteront sans doutes sans réponses..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :