War lec’h

War lec’h signifie « Après » en breton.

Parce qu’il a bien fallut renouer avec les vivants après 4 ans de guerre, de sang et de larmes, la vie de Jean Marie a repris son cours.

Le mariage

La légende familiale dit qu’il a rompu les fiançailles organisées par ses parents avec une autre pour l’épouser. Comme dans les contes de fées.

Ils avaient 10 ans d’écart. Elle était la soeur cadette de son compagnon d’armes et de captivité Joseph LE GUEN.  Il devait l’intimider ce bel homme tout juste rentré du front qui avait été le compagnon de captivité de son grand frère Joseph. Lui avait passé sa jeunesse dans les tranchées et la boue et ne devait pas être très à l’aise face à cette jeune fille en fleurs. Jean Marie a épousé Anathasie le 12 juillet 1925 à St Frégant (29).

Mariage blog.jpg

Ils ont eu 10 enfants qui, presque tous; portent des prénoms déjà présents dans la vie de  Jean Marie :

  • Perrine comme sa mère,
  • Jean Louis comme son frère aîné mort au combat en 1914,
  • François comme son frère cadet mort parmi les siens en 1919,
  • Yves comme son grand frère décédé en bas âge et comme son jeune frère,
  • Hervé,
  • Marianne comme sa tante religieuse et comme une de ses soeurs
  • Marie Louise comme une de ses soeurs,
  • Michel comme son père,
  • Jeanne,
  • Françoise comme une de ses tantes

Tous sont nés au manoir du Ménec (Folgoët) où le couple s’est installés après son mariage mais la famille vit dans le moulin situé près de l’étang en contrebas du domaine.

Moulin du Menec 1950.jpg

L’arsenal

Selon les archives du SHD de Brest, Jean Marie intègre l’arsenal de Brest en août 1936 comme ce fut le cas de plusieurs anciens combattants des environs. Il est alors père de 9 enfants. D’après les dires de ses enfants, il ralliait tous les jours Brest en vélo (30 km) pour se rendre au travail.

Jean Marie PAUL SHD Marine Brest (1)

Jean Marie PAUL SHD Marine Brest (2)
Source : archives SHD Brest

La guerre, à nouveau

Toujours selon ces archives, Jean Marie quitte l’arsenal « à sa demande » le 25 juin 1940. Les allemands sont arrivés à Brest le 18 juin et ont nommés un nouveau directeur à l’arsenal le 24 juin. On peut imaginer à quel point travailler pour les allemands était insupportable pour Jean Marie.

En 1944, la famille PAUL quitte le moulin du Ménec et déménage dans la ferme de Penguérec à Gouesnou.  Quelques mois semaines plus tôt les allemands y ont massacrés 42 civils et quand Jean Marie et Anasthasie s’y installent avec leurs enfants, la ferme est en ruine. Ils occuperont des baraques le temps de la reconstruction.

War lec’h

Après guerre les enfants vont peu à peu quitter Penguérec pour construire leurs vies et la famille va s’agrandir.

penguérec 002
Source : archives familiales. Tous droits réservés.

Enfants, petits enfants et arrières petits enfants se retrouveront régulièrement dans la ferme familiale pour les événements heureux et les périodes plus compliquées, faisant corps autour de « Parrain Mémé » et « Mémé Penguérec« .

Jean Marie s’y éteindra en 1972 quelques semaines après son 81 ème anniversaire. Anasthasie le rejoindra en 1988 à l’âge de 89 ans.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :