Sur les traces de Marie Yvonne PAUL, domestique

De part leur fonction les domestiques sont des invisibles, de ceux qui travaillent dans l’ombre des grandes maisons ou des riches propriétaires, de ceux qui consacrent leur vie au service des autres. C’est le cas de Marie Yvonne PAUL qui est à origine d’une belle enquête généalogique.

Une invisible parmi les invisibles

J’ai d’abord fais la connaissance de Marie Yvonne au travers de 2 photos que m’a transmises une cousine de ma mère :

Je sais d’elle qu’elle est la soeur de Michel PAUL (mon SOSA n°24), que c’est la sixième enfant d’une fratrie qui en compte neuf et qu’elle est née le 10 mars 1856 au lieu dit Ranargoas en PLOUGUERNEAU. J’en reste là car l’absence de mentions marginales sur l’acte ne me permet pas de trouver d’autres informations.

Pour tenter de trouver des pistes de recherches j’examine plus en avant les photos. Elles sont toutes les deux annotées au dos comme étant celles de Marie Yvonne PAUL et elles m’intriguent car Marie Yvonne n’est pas en tenue traditionnelle léonarde. Entendez par là du Léon (qui correspond au Nord du département) et qui ressemble plutôt à ça :

Francine LE SAINT copie 2.jpg
Marie Francine LE SAINT née en 1882 à Saint Frégant dans le Finistère

La coiffe en particulier attire mon attention car elle est très différentes de celles de femmes léonardes. J’imagine un temps qu’il puisse s’agir d’une tenue de novice dans une congrégation mais je balaye vite cette hypothèse. Mes recherches se retrouvant au point mort je fais le choix de laisser poser un peu les choses.

La clé du mystère

C’est la découverte d’une lettre, conservée dans un portefeuille pendant plus de 60 ans par mon arrière grande tante Marie Anne, (une des filles de Michel) qui va débloquer la situation quelques mois plus tard. Ce document est à ce jour l’une des plus belles archives familiales en ma possession. Elle m’a été confié par sa nièce Nicole qui l’avait pieusement conservée.

Avoir dans les mains cette lettre plus de 100 ans après son envoi à la famille PAUL a été pour moi un très grand moment d’émotion.

Une fois mes esprits retrouvés, je suis passée en mode analyse du document : il s’agit d’une réponse du Comité International de la Croix Rouge adressé en réponse à un courrier demandant des nouvelles du soldat Jean Louis PAUL. A la lecture de ce courrier des dizaines de questions me viennent à l’esprit : qui est la demoiselle à qui la lettre est adressée? S’agit il de Marie Anne qui l’a si longtemps conservée ? Quand la lettre a t’elle été envoyée ? Mon cerveau file à toute vitesse et tout à coup un autre document me vient en tête : une fiche de prisonnier de guerre conservée par les archives de la Croix Rouge et que j’ai enregistré dans mon PC depuis un moment déjà . 

PAUL Jean Louis CICR C_G1_E_13_01_1683_1012_0

Quand je la consulte pour la première fois cette fiche semble correspondre à mon arrière grand oncle Jean Louis PAUL, fils de Michel et Marie Perrine,  tué à St Christophe à Berry le 23 septembre 1914. Toutefois l’adresse donnée pour la réponse me chiffonne car elle ramène à une certaine Maria PAUL à St Brieuc (à l’époque sous préfecture des Côtes du Nord) Non seulement je n’ai jamais retrouvé de PAUL (mes aieux étant tous léonards pur jus et pur beurre!) mais en plus il n’y a pas de Maria au bataillon de la famille PAUL.

Malgré mes doutes et comme toute généalogiste qui se respecte, je la mets de côté. Bien m’en a pris puisque cette fiche va s’avérer être la clé du mystère.

On observe en effet  que le n° indiqué dans le courrier correspond à celui de la fiche !!  Et si Maria PAUL et Marie Yvonne PAUL ne faisaient qu’une ?! Ne trouvant rien dans les recensements de l’époque à St Brieuc à l’adresse indiquée je cherche alors un acte de décès pour Marie Yvonne et je le trouve dans les contrôles des actes et tables des successions et absences mis en ligne sur le site des AD des Côtes d’Armor :

PAUL Marie Yvonne décés.pngActe 7 : PAUL Marie Yvonne, domestique, 68 ans, St Brieuc , 19 octobre 1924, célibataire, inventaire Tacheau 21 octobre 1924 (source AM St Brieuc)

Marie Yvonne était donc domestique. Reste à trouver où … Mes recherches sur google avec le « 14 rue des Capucins – St Brieuc » me ramène vers une superbe maison d’hôtes. Je décide de tenter ma chance et décroche mon téléphone. La charmante propriétaire de cette superbe demeure m’explique que sa maison est dans la famille de son mari depuis plusieurs générations et que son nom d’épouse est DU BREIL DE PONTBRIANT.

Une vie de services

Forte de ces indices, je me replonge dans les recencements de St Brieuc où je finis non sans mal par retrouver la trace de Marie Yvonne (vive les « petites » villes ET les fonctionnaires qui écrivent bien !!) :

St Brieuc 1881 Marie Yvonne PAUL.png
extrait du recensement de 1881 pour la ville de St Brieuc – source : AD 22

Entre 1881 et 1906, elle y apparaît tantôt comme femme de chambre, tantôt comme domestique chez le vicomte Ollivier François Marie DU BREIL DE PONBRIANT DE MARZAN  et son épouse Joséphine Marie THIERRY.

St Brieuc 1906 Marie Yvonne PAUL.png

extrait du recensement de 1906 pour la ville de St Brieuc – source : AD 22

Restée au service des DU BREIL durant 43 ans Marie Yvonne n’a pas du revoir souvent sa famille restée dans le Léon mais le courrier reçu de la Croix Rouge laisse à penser qu’elle a conservé un lien étroit avec eux. 

Reste à trouver la trace de l’inventaire après décès aux archives départementales des Côtes d’Amor mais ça c’est une autre histoire ….

4 réflexions sur “Sur les traces de Marie Yvonne PAUL, domestique

  1. Pingback: La lettre à Marie Yvonne – Sur leurs traces …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s