Noces blanches

La photographie est une invention merveilleuse qui avec un peu de chance, permet de mettre un visage sur des noms que nous croisons dans notre généalogie. Pour cette troisième semaine du challenge #52ancestors je vous emmène donc faire un tour dans mon album familial.

Semaine 3 : votre photo préférée

Photographie : n.f., Fait de trouver avec bonheur ; chose ainsi trouvée. Fait de découvrir (une idée, une image, etc.) d’une manière heureuse ; idée, expression originale.

Malgré les déménagements, les guerres, les incendies j’ai la chance d’avoir pu glaner ça et là plusieurs photographies de mes aïeux. Pour des raisons différentes, elles sont toutes importantes. Celle dont je vais vous parler aujourd’hui est la première qui m’ai fait prendre conscience que ma Mémé Kerlouan avait eu 20 ans. Ce jour là, la mariée était en blanc

Jour de noces à Kerlouan

En ce dimanche de juillet ils sont une cinquantaine à avoir assisté à la noce. La blancheur immaculée de la robe de mariée tranche avec les sombres costumes du Léon qui l’entourent. Au dessus du jeune couple on sourit, on partage du vin et du cidre. La famille proche, les cousins, les tantines … ils ont sortis leurs plus beaux atours pour ce jour de fête.

Nous sommes le dimanche 22 juillet 1924 à Kerlouan dans le Nord Finistère. Il s’agit de l’union de mes arrières grands parents François ROUDAUT et Pélagie GUEZENNEC.

Pélagie est au milieu toute de blanc vêtue. Jean François est à gauche avec sa belle moustache et son costume de ville.

A gauche du marié on trouve ses parents : François ROUDAUT et Marie Anne DAVID. Agés de 52 et 50 ans ils sont cultivateurs. Mariés en 1898 ils sont parents de 7 enfants et marient ce jour là le premier de leurs 5 fils. Fils de tisserand, François ROUDAUT est un homme instruit qui sait lire, écrire et compter. Le couple est installé à Tréguennoc gros hameau de Kerlouan.

François ROUDAUT et Marie Anne DAVID

A droite de la mariée se trouvent les témoins : François JACQ, cultivateur de Kerlouan sans lien apparent avec les mariés et Marie Léontine GUEZENOC, cousine germaine de Pélagie

Les témoins François JACQ
et Marie Léontine ROUDAUT

A droite des témoins se trouvent Jean Marie GUEZENEC et sa seconde épouse Marie Françoise ABIVEN. Ils sont parents de 6 enfants (dont seulement 2 arriveront à l’âge adulte) et marient la première de leurs filles.

Jean Marie GUEZENEC
et Marie Françoise ABIVEN

J’imagine que sur la photo se trouvent les frères de Jean François, les soeurs de Pélagie, leurs oncles et tantes et leurs cousins mais je ne peux les identifier avec certitude.

Les jeunes mariés

Le jour de leurs noces Jean Marie et Pélagie ont respectivement 22 et 24 ans. Je vous ai déjà parlé de Pélagie et de ses cheveux blonds dans un article précédent alors aujourd’hui je vais m’attarder sur le parcours de Jean François mon arrière grand père.

Malgré son jeune âge, au moment de son mariage Jean François est un ancien combattant de 14 : engagé dans la marine la veille de ses 18 ans et le même jour qu’un de ses cousins germains il sera démobilisé en 1920 après ses 3 ans de service.

extrait fiche matricule Jean François ROUDAUT – Source AD Finistère

Au moment de son mariage il est cultivateur dans la ferme familiale de St Sauveur. Il s’installe ensuite à Bec Lann chez ses beaux parents (c’est là que naitront leurs trois enfants). En 1936, la famille est recensée à Tréguennoc où ils s’établissent avec Yves Marie (un des jeunes frères de François) et sa famille..

Lorsqu’arrive la Seconde Guerre mondiale, Jean François à 37 ans. Son âge lui vaut d’être mobilisé au dépôt d’infanterie coloniale en octobre 1939. Affecté à la pyrotechnie St Nicolas du Relecq Kerhuon quelques mois il est finalement renvoyé dans ses foyers en mai 1940.

Les années vont passer et la famille construite par François et Pélagie va considérablement s’agrandir. Après le mariage de leurs enfants ils resteront vivre à Tréguennoc avec l’aîné de leurs enfants et sa famille. Jean François transmettra d’autorité son prénom à l’un de ses petits fils dont il est le parrain (un François ROUDAUT de plus dans la famille et croyez moi ils sont quelques uns …). Jean François décède entouré des siens en février 1973. Pélagie lui survivra 25 ans.

En écrivant cet article je me suis rendue compte que j’avais encore beaucoup de choses à découvrir sur mon arrière grand père. Son petit fils a aujourd’hui 95 ans et une excellente mémoire alors promis lors de ma prochaine visite je demanderai à mon Pépé qui est sur la photo ! Suite au prochain épisode 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s